Découvrir Colette, le premier sac à main VALET DE PIQUE !

TROIS BIENFAITS DU TEMPS LIBRE


 A coup de notifications, d’alerte info, d’hypermarchés, de surconsommation, il semble parfois que l’on perd son temps. Le temps est devenu une denrée rare que l’on essaye de remettre au goût du jour chez Valet de pique : prendre le temps de réfléchir, prendre le temps de créer, prendre le temps de fabriquer pour que cela dure. Alors qu’il semble nous échapper, voici 3 bienfaits du temps libre.

PORTEZ VOTRE ATTENTION SUR LES « TRÉSORS » DE VOTRE BIBLIOTHÈQUE 

« Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre. » Daniel Pennac, Comme un roman.

Jocelyn   , poème de    Lamartine    (1836)

Jocelyn, poème de Lamartine (1836)

Nous vivons aujourd’hui dans une « économie de l’attention ». C’est ce que constate le théoricien de la littérature Yves Citton, dans son livre Pour une écologie de l’attention : chacun  d’entre nous dispose d’un capital d’attention exploité par les marques telle une marchandise. Quotidiennement, les réseaux sociaux, les médias, la publicité, le marketing cherchent à capter cette attention afin de nous faire passer leurs messages. Le patron historique de TF1, Patrick Le Lay, récemment disparu, ne parlait-il pas de « temps de cerveau disponible » ?

Le détournement constant de notre attention ne serait pas sans conséquence pour le cerveau : il favorise le fameux « multi-tasking », qui, selon des recherches de Zeff & Rigby, réduirait l’efficacité de notre système nerveux. En effet, un cerveau interrompu pendant une tâche peut conduire à 50% ou plus de risque d’erreurs d’après le Docteur John Medina, auteur du livre Les 12 Lois du cerveau.  

Face à cette hyper information, il devient difficile et rare de prendre le temps de concentrer son attention sur une tâche précise : «  dans nos pays surdéveloppés, même parmi les moins privilégiés d’entre nous, nos frustrations culturelles tiennent de moins en moins à un manque de ressources, et de plus en plus souvent au manque de temps disponible pour lire, écouter ou visionner tous les trésors téléchargés hâtivement sur nos disques durs ou accumulés imprudemment sur nos étagères », nous explique Yves Citton. 

Prendre le temps de se plonger dans « les trésors » de notre bibliothèque, de cuisiner ou de jouer d’un instrument sans être interrompu, c’est retrouver la liberté de porter son attention sur un objet qui a de la valeur à nos yeux, c’est aussi gagner en sérénité.

ENNUYEZ-VOUS ET DÉVELOPPEZ VOTRE CRÉATIVITÉ 

« Nous ne supportons plus la durée. Nous ne savons plus féconder l’ennui. Notre nature a horreur du vide, — ce vide sur lequel les esprits de jadis savaient peindre les images de leurs idéaux, leurs Idées, au sens de Platon. » Paul Valery, Le Bilan de l’intelligence

Peinture.jpg

Avoir du temps libre est parfois synonyme d’ennui. Bonne nouvelle : l’ennui est lui-même propice à la créativité ! En 2016, le Journal of Experimental Social Psychology publiait une ode à l’Ennui expliquant que ceux qui savent l’accueillir « sont plus à même de développer des pensées originales ». Odile Chabrillac psychothérapeute et auteur de l’Eloge à l’ennui, nous incite à ne pas considérer l’ennui comme un état négatif : « la première confrontation avec l’ennui n’est pas agréable. Mais on peut l’apprivoiser. L’ennui est un souci tant qu’on y résiste. » 

Pour « apprivoiser l’ennui », il faut concevoir ses avantages : une des recherches les plus connues sur le sujet montre ses effets sur la créativité. Les chercheuses en psychologie Sandi Mann et Rebekah Cadman ont demandé à 40 personnes d’imaginer des manières originales d’utiliser des tasses en plastique après leur avoir fait exécuter une tâche particulièrement ennuyante : recopier des numéros de téléphone d’un annuaire pendant 15 minutes. Résultat ? Leurs idées étaient beaucoup plus astucieuses que celles du groupe témoin (qui n’a pas eu à recopier les numéros de téléphone). 

Accepter de s’ennuyer est bénéfique pour notre cerveau : l’ennui correspond à une recherche de stimulation des neurones insatisfaite, c’est durant ce laps de temps que notre cerveau va emprunter des chemins inattendus. Ainsi, de nouvelles idées et initiatives émergent! Alors, s’il vous plait : ennuyez-vous. 

MARCHEZ, PARLEZ, TAISEZ-VOUS : REVENEZ À L’ESSENTIEL

«  Ne me demandez plus mon programme : respirez, n’en est-ce pas un ? », Emil Michel Cioran, Respirer

Emil Michel Cioran

Emil Michel Cioran

 Prendre le temps, c’est faire une pause dans la course effrénée du quotidien. C’est l’occasion d’écarter le superflu pour revenir à la valeur de nos actes et de ce qui nous entoure. Le sociologue David le Breton, anthropologue et sociologue spécialiste du corps a étudié les bienfaits du silence ou encore de la marche, des activités qui contrastent fortement avec l’hyperconnectivité et la vitesse du monde 2.0.

 La marche, par exemple, est d’après lui «  un acte de résistance célébrant la lenteur, la disponibilité, le silence, la curiosité, l’inutile autant de valeurs opposées aux sensibilités néolibérales qui conditionnent nos vies. » Une étude de Stanford a, également, confirmé les bienfaits d’une balade sur la créativité : le simple fait de marcher sur un tapis-roulant dans une salle exiguë accroîtrait la créativité de 60%. La médiation, le yoga sont autant d’activités qui en plus de nous détendre, améliore notre concentration et permettent de nous recentrer.

 Le confinement nous offre du temps mais il nous éloigne de nos habitudes, de nos repères, de nos proches. C’est dans ce contexte que nous sommes en train de retrouver le prix des choses sans prix. « Le simple fait de se déplacer, de faire une balade, de rencontrer ses amis, de se rendre - pour ceux qui ont la possibilité de télétravailler - à son travail, aujourd’hui, tout cela nous est interdit. Et on s’aperçoit combien cela avait une valeur absolument inouïe, mais oubliée. » 

 

Article écrit par Claire D.

 

 

Pour en savoir plus :

Breton Philippe, Le Breton David. Le silence et la parole : contre les excès de la communication. Editions Eres. 2017. 

Chabrillac Odile. Petit Eloge de l’ennui. Editions Jouvence. 2011.

 Citton Yves. L’économie de l’attention, nouvel horizon du capitalisme ? Editions du Seuil. 2014.

Kahn Annie. L’ennui, facteur de créativité. Le Monde. 14/01/2014.

Laurent Annabelle. « Le confinement nous rappelle comme les choses simples ont une valeur inouïe ». Usebk & Rica. 21/03/2020.

Quand la pleine conscience nous rend plus authentique. Institut Français du leadership positif. 17/01/2017.


Leave a comment


Please note, comments must be approved before they are published





English
English