Protège-passeport Jules en pré-commande

LES ARTISANS DES MAINS


À l’heure de la surconsommation, où les prix attractifs, les soldes ont remplacé la qualité, où les modes ont remplacé le durable, Valet de pique veut vous partager la beauté de l’artisanat en dressant le portrait de ces artisans dotés d’un savoir-faire valorisant le  beau et le durable.

Artisan maroquinier Valet de pique

Artisan maroquinier Valet de pique

L’INTELLIGENCE DE LA MAIN

Ce qui est très fort et très beau dans l’artisanat c’est qu’il demande un grand savoir-faire théorique, mais également, une grande « intelligence de la main ». C’est à dire des tours de main, des savoir-faire qui ne s’écrivent pas mais qui se transmettent d’ouvriers à ouvriers, de personne à personne. La magie de ce métier c’est l’association de techniques ancestrales et des nouvelles technologies. Le meilleur du savoir-faire et le meilleur de la technologie. Mais il y a un risque que tous ces savoir-faire historiques soient remplacés par des machines. 

Le plus marquant dans les témoignages des artisans que j’ai rencontrés, c’est leur passion. Leur amour, leur addiction à la matière avec laquelle ils travaillent. « Une matière chaude, liquide, sensuelle, dangereuse » - déclarait un souffleur de verre.

 

 

 

 

 

Sac à dos en cuir.jpg

L’ARTISAN PARISIEN

Être artisan à Paris c’est quelque chose de très symbolique. Paris c’est le croisement du design, de l’art, du monde de la fashion, du luxe. Et à l’origine de cela il y a l’artisanat, le savoir-faire. C’est ce qui a fait toute la richesse de cette ville de tout ce pays. Être un artisan dans la capitale c’est très riche de symboles, « c’est l’ultime challenge » déclarait un Souffleur de verre.

« Je ressens une puissance quand je travaille qui me donne le vertige. C’est une énergie qui nous traverse et passe dans l’objet que l’on travaille. Une énergie qui ne m’appartient pas. Avec l’expérience j’ai commencé à comprendre comment je pouvais figer cette énergie-là. Et ainsi pouvoir la partager. Il y a une spécificité technique qui révèle quelque chose de la matière qui est cosmique, qui est universel qui est dans l’émotion. La matière s’exprime, par le biais d’une relation construite autour d’un dialogue. C’est une rencontre entre la matière et le geste.» - Jérémy Maxwell Wintrebert récompensé du Prix Liliane Bettencourt pour l'intelligence de la main 2019.

 

LA MÉMOIRE, LE PRÉSENT ET L’AVENIR DU PATRIMOINE MANUFACTURIER DE LA FRANCE

 L’artisan c’est la finesse, la patience, le cheminement, la tradition, la poursuite d’une quête en hommage aux anciens. C’est valoriser la transmission. Ce sont des heures et des heures de travail à partager aux générations futures. « Nous avons un devoir de mémoire, de transmission, de présentation de notre savoir-faire », déclarait un artisan maroquinier.

Être artisan c’est aussi savoir s’adapter au goût, au mode et trouver ce petit « je ne sais quoi » qui fera la différence. C’est l’alliance entre la mémoire et l’avenir qui est au centre de notre vision, soutenir et repousser les limites. Quand la tradition est bonne on la conserve, quand la technologie est bonne on l’adopte. Nous sommes la mémoire, le présent et l’avenir du patrimoine manufacturier de la France.

« Il y a trois temps : le présent du passé, le présent du présent, le présent du futur. Le présent du passé, c'est la mémoire ; le présent du présent, c'est l'intuition directe ; le présent de l'avenir, c'est l'attente. » - Augustin d'Hippone

 

 SIMPLICITÉ ET PERFECTION  

La simplicité est ce qui me vient à l’esprit lorsque je conçois un sac. Moins il y a de coutures, de poches plus on a cette impression de fluidité. Le sac apparaît alors très pur. Dans l’odeur du cuir et le bruit des machines, les gestes précis des artisans maroquiniers s'enchaînent. Du choix de la matière, à la finition, en passant par le patronage, l’astiquage et le montage. On compte pas moins de 50 étapes pour faire un cartable Valet de pique. Pour concevoir cette simplicité, cette unité, il faut être très méticuleux, précis et l’erreur coûte tout de suite cher. 

“On est maître de l’objet qui naît entre nos mains”, déclarait Eric, maroquinier depuis plus de 10 ans.

Chaque sac est un peu différent, il a une personnalité en fonction de l’artisan qui le fabrique. Chaque sac est unique. Et c’est cette imperfection qui rend beau l’objet. 

 

LE SELLIER MAROQUINIER

Le sellier travaille des peaux épaisses qui doivent être solides. Le cuir est une matière ou l’on n’a pas le droit à l’erreur. Il faut donc maîtriser parfaitement ces différentes techniques : coupe, griffage, collage, assemblage, surtaillage, couture main, machine, couture à plat, couture d’angle, perlage, finitions des tranches du cuir au brou de noix et à la cire d’abeille, etc… 

La sellerie française atteint son apogée au milieu du 19e siècle. À cette époque l’heure est à l’hippomobile, et les pièces de selleries sont la marque de fabrique de richesse par excellence. Elles sont l’image authentique du goût et du travail bien fait. Le travail bien fait c’est savoir donner vie à sa matière et surtout l’écouter.

« C’est très riche et satisfaisant d’entendre le cuir me parler ».

Le souhait chez Valet de pique est de valoriser cette haute valeur ajoutée des entreprises françaises face à la concurrence étrangère. De faire perdurer ce goût pour le beau et le durable, en proposant des articles de maroquinerie, et plus exactement de selliers. 


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés





French
French